INP

Révélateur de talents

Vous êtes ici

[Dossier #5] Robotique et Cobotique : Retour sur ces spécialités en constante évolution

La Nouvelle-Aquitaine est une région d’excellence en matière de robotique.

Denis Lapoire (Chargé de mission robotique Bordeaux INP / Responsable formation robot ENSC - Bordeaux INP et ENSEIRB-MATMECA - Bordeaux INP / Vice-Président formation et recherche Aquitaine Robotics) en fait le récit.

Genèse d'une idée

Mardi 27 décembre 2011, un dîner à Vayres en bord de Dordogne

Aymeric a provoqué ce repas. Olivier est là. Il soulève Rhoban, le petit robot humanoïde qu’il a conçu pour son fils. Il pense à cette première candidature à la Robocup1. Seront-ils sélectionnés ? Xavier nous parle de son père viticulteur et de son refus de tout désherbant chimique sur ses vignes. Il raconte son périple technologique et nous parle de Vitirover,  un robot qui désherbera mécaniquement les vignes. Encore quelques mois pour finaliser le prototype ! Quant à Denis, il souhaite ouvrir le département informatique à davantage d’entrepreneurs innovants. A ceux qui conçoivent dans des lieux trop exigus des bêtes technologiques.

Et nous y avons cru.

Nous créerons une formation robotique dédiée à ces TPE et PME intégrateurs robotiques et à leurs besoins en ingénieurs curieux, transdisciplinaires et mobiles. Nous créerons une communauté et collaborations en circuit court pour les élèves-ingénieurs, les industriels, les chercheurs et les enseignants. La formation sera transversale aux écoles ENSEIRB-MATMECA – Bordeaux INP et ENSC – Bordeaux INP et aux labos LaBRI, IMS, INRIA, IMB et MICA2. Marc soutient fortement.

1Robocup : La Robocup est un tournoi international de robotique, dont l'un des buts est d'arriver à créer une équipe de football robotisée capable de battre l'équipe de football "humaine" championne du monde, d'ici 2050.
2MICA : Le MICA (médiations, Informations, Communication, Arts) est le laboratoire de recherche en Information, Communication et Arts de l'Université Bordeaux Montaigne. 

Naissance du cluster Aquitaine Robotics

Jeudi 12 juillet 2013, un matin à l'Hôtel de Région

Salvatore a installé la scène. Alain Rousset, Président du Conseil régional, parle robotique, usine du futur et livre à un large auditoire ses visions associant innovation, recherche, écoles d’ingénieurs et PME. Puis, selon un rite éprouvé, baptise aux cotés de Marco, Maxime, François, Bernard, Jean-Georges et Bertrand, la naissance du cluster Aquitaine Robotics.

L’engagement est ici de fédérer toute la robotique aquitaine opérant en milieux industriels et ouverts à l’aide de bras robotiques ou de drones et d’hybrider technologies et usages. Objectif : doubler les emplois de roboticiens aquitains tous les 5 ans.

L’année passée a été dense. La première promotion robotique sera bientôt diplômée. Un premier cercle d’entreprises robotiques a tenu salon à Innorobo et a peaufiné ce cluster. Ils y ont rencontré David, un chercheur niçois qui promet de rejoindre l’Aquitaine pour y fonder une équipe de recherche en robotique.

Quelle évolution pour ces thématiques ? 

Jeudi 24 novembre 2016 : promesses de dev-eco, cobots et robocup

Il me semble que la communauté robotique néo-aquitaine fonctionne. Des sociétés robotiques croissent, se créent ou s’installent en Nouvelle-Aquitaine. Elles recrutent à Poitiers, Bidart, Limoges, Angoulême ou Mérignac techniciens, masters et ingénieurs roboticiens. A chaque saison, le cluster labellise des projets collaboratifs entreprises-labos et facilite ainsi le soutien de la région, de l’Etat ou de la communauté européenne.

La Nouvelle-Aquitaine : leader français des cobots ?

Le cluster a arrêté sa stratégie. Aerospline1 a été convaincant. Majdi approuve. La Nouvelle-Aquitaine sera leader français en cobotique. En robotique collaborative, le robot n’est plus encagé, il assiste l’humain à son rythme et le soulage de la partie ingrate du job. La cobotique est ainsi une solution pertinente pour nos industries de petite ou moyenne série. Mais aussi pour les personnes âgées, handicapées ou leurs personnels soignant.

Le cobot sera aussi un vecteur idéal pour enseigner sciences, arts et technologies. Le cluster soutiendra la filière éducative et loisirs. Il développera les journées Robot Makers’ Day, les Metabot Festival, la First Lego League et ….

…la Robocup 

Cette compétition robotique mondiale est l’une des plus difficiles : qualifié en 2012, Olivier est resté en fond de classement. Pour ensuite devenir 4ème, 2ème puis 1er : Champion du monde Leipzig 2016 (challenge Kid Size) avec Grégoire, Rémi, Steve, Hugo, Ludovic, Quentin et Louis qui sont étudiants, ingénieurs, doctorants ou enseignant-chercheurs.

Booster la robotique française pour aligner non pas 2 équipes mais 20, 30 équipes françaises à tous les challenges des prochaines Robocup sera la nouvelle action du cluster.

Christian me l’a confirmé ce matin : sa société leader français en robotique pour centrales nucléaires accompagnera d’ailleurs la délégation néo-aquitaine lors de la prochaine édition, à Nagoya en Juillet 2017. Il me confie un secret : le japon est admiratif de la robotique néo-aquitaine et française. Et c’est un gros marché !

1 Aerospline est une société innovante qui a développé des solutions de rupture pour la construction aéronautique. Aujourd'hui, Aerospline met à profit son expérience pour créer des robots de nouvelle génération appelés " cobots", aidant directement les opérateurs de toutes les industries.